Le Site

 FAQ -  Recherche -  Membres  -  Inscription 
 Profil -  Se connecter pour vérifier ses messages privés -  Connexion 
Le Forum

[Demande à Modigliani !] ou l'art expliqué en manga

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 21/12/20 22:00    Sujet du message: [Demande à Modigliani !] ou l'art expliqué en manga Répondre en citant

Voici le texte de ma première bullechronique dédiée à une série dont il m'a fallu un peu de temps pour en apprécier toute la richesse :



Chiba, Fujimoto et Motoyashi (dit Mo) sont trois camarades (en fait les seuls garçons en deuxième année) qui étudient les arts de la main dans une modeste école d'art de Tôhoku, où tout le monde peut s'inscrire, même les imbéciles. Chiba est en section peinture murale et se spécialise dans les techniques du verre. Fujimoto est passionné par la peinture occidentale et passe ses nuits à créer des tableaux. Enfin, Mo, le plus doué des trois, pratique le nihon-ga (la peinture traditionnelle japonaise). Pourtant, s'il a du succès (il expose et vend ses créations) alors qu'il n'est qu'étudiant, Mo est un redoublant pour cause d'absentéisme. Il faut dire qu'il est une des nombreuses victimes du tremblement de terre qui a frappé le nord-est de l'île de Honshû en mars 2011. Le tsunami qui en a suivi a causé la mort de toute sa famille et la disparition de sa maison. Heureusement, cela ne l'a pas empêché de revenir étudier, ayant trouvé une autre motivation que simplement être célèbre pour devenir artiste.

Demande à Modigliani ! est la première ?uvre professionnelle d'Ikue Aizawa. Prépubliée dans le magazine bimestriel Big Comic Special entre décembre 2014 et novembre 2020, la série compte pour l'instant quatre tomes reliés, le cinquième et dernier ne devant plus tarder à sortir au Japon. La mangaka vient de débuter une nouvelle série dans le magazine Young Animal Zero qui se passe aussi dans le monde de l'art. Il n'y a rien d'étonnant à cela tant l'auteure pose de nombreuses questions sur les études en école d'art, sur ce qu'est être artiste, sur le talent (qu'il soit inné ou acquis). Entre temps (début 2020), Ikue Aizawa a publié chez un troisième éditeur un unique tome sur un café à chat tenu par deux jeunes femmes.

Ce premier tome permet donc de faire la connaissance des trois protagonistes. Ikue Aizawa nous les présente à raison d'un par chapitre, en se focalisant tout d'abord sur Chiba. Cela n'empêche pas de voir les deux autres étudiants. Il en résulte une entrée en matière rapide. Il n'y a pas réellement d'introduction à l'histoire, la mangaka nous plonge immédiatement dans les petites histoires de ses personnages. Cela donne un rythme intéressant, surtout que les chapitres sont assez courts pour un bimestriel (moins d'une trentaine de pages au lieu de la soixantaine habituelle). Le soucis est que ces chapitres ne sont pas directement liés entre eux, ce qui laisse une impression de décousu, impression qui est amplifiée par une narration parfois un peu confuse. Et ce n'est pas le dessin qui n'est pas franchement habile (au moins, il est personnel et intéressant) qui arrange les choses. Il résulte de tout cela une certaine difficulté à entrer dans l'univers de Demande à Modigliani ! Pourtant, ce serait une erreur de s'arrêter là tant les tomes suivants s'améliorent à la fois sur le fond et sur la forme.
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 12/07/21 21:48    Sujet du message: Mon avis Répondre en citant



Chiba, Fujimoto et Mo sont toujours en deuxième année d'une petite école d'art de Tôhoku, où tout le monde peut s'inscrire, même les imbéciles. Néanmoins, il est temps pour eux de s'inquiéter de leur avenir et de décider de leur orientation. Comme le rappelle la conseillère, 30% des étudiants trouvent un emploi, 10% poursuivent leurs études et 60% n'ont pas de débouché connu. Pour Chiba, qui n'a ni le talent ni l'intelligence de ses deux camarades, c'est une source de questionnements. Heureusement, sa nature joyeuse et optimiste lui permet de ne pas déprimer devant l'inconnu. Il est certain d'une chose : il adore travailler le verre ! Et qui sait, lui aussi réussira peut-être un jour à exposer ses créations. Mais avant cela, il comprend qu'il va devoir travailler dur pour acquérir les bases du dessin et étudier un peu plus sérieusement.

Le deuxième tome montre une inflexion de la série. Alors que le premier opus était consacré à la présentation des trois protagonistes, que les relations avec les filles ainsi que la recherche d'une voie artistique étaient au centre du récit, Ikue Aizawa, l'auteure, commence à réfléchir de façon beaucoup plus approfondie sur la notion d'artiste. Si le premier chapitre est dans la droite ligne du premier tome, ce n'est plus le cas ensuite. Avec l'arrivée d'un nouveau personnage, un professeur de dessin, ancien élève de l'école qui y est resté en tant qu'enseignant, se retrouve dans ses trois élèves. Sauf que lui était bien plus intransigeant envers ses idéaux de jeunesse, ce qui l'a empêché de devenir un artiste reconnu. Il en résulte une lecture bien plus intéressante, même si deux des chapitres sont très confus. Les autres, grâce aux réflexions que la mangaka fait passer par le biais de Chiba, Fujimoto et Mo, sont très réussis !



Fujimoto, Mo et Chiba suivent toujours leurs cours à l??école d'art de Tôhoku, celle où tout le monde peut s'inscrire, même les imbéciles. Ils s??entrainent d??arrache-pied à maîtriser le dessin, notamment le volume et l??éclairage, ce qui est la base de tout en matière d??art. Surtout, Chiba va enfin avoir sa première exposition. Pourtant, plutôt que de proposer une création personnelle, ce dernier tient à ce que ses deux amis participent à l???uvre qu??il a en tête. C??est ainsi que notre jeune artiste va découvrir que lui aussi a du talent, et pas seulement en travaillant le verre. Est-ce le début d??une véritable carrière artistique ? Chiba l??espère et commence à y croire.

Le troisième tome de la série (dont le cinquième et dernier vient de sortir au Japon) est dans la droite ligne du précédent, les deux chapitres confus en moins. Par le biais de courtes analepses, Ikue Aizawa, l??auteure, continue à approfondir ses personnages, notamment en montrant leur éveil à l??art et les événements qui ont poussés ses protagonistes à intégrer une école spécialisée et suivre un chemin bien plus compliqué que celui de futur salary man (ce que la société japonaise attend d??eux). Ainsi, elle se questionne (et pousse à nous questionner) sur ce qu??est l??art, et ce qu??est être artiste. Il en résulte une lecture absolument passionnante. On est impressionné par les progrès réalisé en l??espace de quelque mois par la mangaka, notamment grâce aux conseils avisés de son éditeur, comme elle le souligne dans ses petits mots bonus en fin de volume.



Chiba, Fujimoto et Mo sont en dernière année de l'école d'art de Tôhoku, où tout le monde peut s'inscrire, même les imbéciles. Il est plus que temps de se questionner sur leur future carrière professionnelle. Si Mo n'a aucun doute sur l'avenir (il est déjà un artiste à succès), ce n'est pas le cas de ses deux camarades. Ne sachant pas trop quoi faire, Chiba et Fujimoto ont décidé de s'orienter vers l'enseignement de l'art au lycée. Pour cela, ils doivent déjà suivre un stage en classe d'art dans un établissement scolaire... Ainsi, ils pourront mieux comprendre ce qu'implique d'être enseignant et non plus étudiant. Une fois cette première étape passée, il sera alors temps de s'attaquer sérieusement à leur travail de fin d'année.

Cet avant-dernier tome aborde tout au long de ses sept chapitres la question de l'artiste : qu'est-ce un artiste ? ?tre talentueux est-il indispensable ? Ou est-ce simplement un plus ? Quels sont les autres caractéristiques auxquelles il faut pouvoir répondre pour s'estimer artiste ? ? quel point son vécu doit influencer son art ? Manifestement, ce sont des questions qu'Ikue Aizawa, l??auteure, s'est posée par le passé. La lecture des petits blablas de fin de volume nous apprend qu'elle a elle-même été en stage d'observation (pour devenir enseignante en classe d'art au lycée, vraisemblablement). Il est d'ailleurs possible que la lycéenne un peu gothique des trois premiers chapitres soit une projection d'elle-même, lorsqu'elle était plus jeune. Quoi qu'il en soit, voilà un pénultième tome tout à fait passionnant à lire !
_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
herbv
Modérateur


Inscrit le : 28 Août 2002
Localisation : Yvelines

Message Posté le : 15/07/21 07:35    Sujet du message: Mon avis Répondre en citant

Plus je relis la série, plus elle me plait. Du coup, voici un billet WordPress développant largement mes différents avis sur les 4 tomes.


_________________
Simple fan (auto-proclamé) de Rumiko Takahashi
Chroniqueur à du9
Ténia de Bulledair
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer l'e-mail Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis :   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forums -> L'Agora Manga Les heures sont au format GMT + 2 heures
Page 1 sur 1

 
Aller vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Site francophone - Support utilisation